Marie-Elise Gbedo, première femme Candidate aux élections présidentielles au Bénin.

Avocate au barreau du Bénin.



Marie-Elise Gbèdo est une grande activiste de la défense des droits des femmes et des enfants vulnérables. Avec sa détermination, elle s’implique sérieusement dans l’adoption d’un code familial protecteur des droits de la femme et d’un texte juridique contre les mutilations génitales.

Elle est également connue pour son engagement au sein de l’Association des femmes juristes du Bénin (AFJB) dont elle assure la présidence. Très présente sur la scène politique de son pays, Marie-Elise Gbèdo a été Ministre du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme entre 1998 et 1999, puis Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’homme, Garde sceaux de 2011 à 2013.

En 2001, elle est la première béninoise à se présenter à une élection présidentielle devient la première femme du pays à prendre part à une élection présidentielle. Lors du scrutin de 2001, elle se présente en tant que candidate indépendante et adopte le slogan « Hwenusu » (« L'heure a sonné » en langue fon).

Selon elle, il est temps que les femmes s'engagent en politique et exercent le pouvoir.

Son programme met également l'accent sur la lutte contre la corruption. Elle ne recueille que 0,36 % des voix. Elle se représente en 2006 et 2011. Même si elle n’est pas devenue Présidente du bénin, elle a réussi quand même à faire changer les mentalités de la population béninoise et a suscité de l’engagement dans le rang des femmes. En 2016, trois femmes étaient candidates aux élections présidentielles et c’est à cœur vaillant qu’elle affirme que tôt ou tard, une femme dirigera le bénin et du fond de sa tombe et se réjouira.

Elle a développé et publié un livre intitulé « Le destin du roseau ».

Cette femme, je l’admire depuis l’Université. C’est une femme d’impact. Elle est parvenu a faire changer plusieurs mentalités dégradées chez les hommes féodaux du bénin et de la sous région.


J’admire son franc parlé, sa bravoure, son audace à briser les mythes institués dans nos sociétés, son combat contre les violences faites aux femmes et aux filles. J’admire sa détermination à créer un environnement où l’homme et la femme sont égaux et traités ainsi. Elle je l’admire car elle mène un combat noble qui a certainement porté de fruits. Je l’ai surnommé éveilleuse de conscience car elle a éclairé et inspiré beaucoup de jeunes filles et femmes.


Au Barreau, j’admirais la voir plaider ; son art, son humour, son sourire, tout était en harmonie avec sa personnalité. Elle est vraie et authentique. Much Love and more brighter days in your life.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout